Découverte de La Garde avec Stéphanie

J’aurais dû me méfier lorsque Stéphanie m’a proposé de venir découvrir son terrain de jeu dans la petite ville de l’aire toulonnaise : La Garde. Une petite vidéo de cette sortie… la musique qui l’accompagne permet d’éviter mon souffle de « boeuf », toujours à la limite dans les pas de Stéphanie…

Lorsque Stéphanie m’a proposé de courir sur ses terres de La Garde, c’est avec plaisir que j’ai accepté. Et puis j’ai réalisé… j’ai réalisé qu’après une sortie déjà hors de ma zone de confort le mercredi avec Elise, que je surnomme la Gazelle des montagnes, j’allais surement, en ce samedi ensoleillé, encore une fois être proche du point de rupture…


Ceci dit, c’est avec son grand sourire que Stéphanie m’a accueilli. Très vite, le parcours qu’elle m’avait concocté, nous a fait gravir sur la colline du Thouars, véritable petit coin de nature avec quelques singles en plein La Garde. Bien content de faire un première pause panorama, bien courte, pour récupérer, déjà, un minimum de battements cardiaques. Et puis c’est reparti. Nous avons arpenté cette colline avant d’en redescendre pour se diriger vers le vieux La Garde et son rocher. Cette fois-ci, ce sont les pavés qui nous ont guidé jusqu’en haut du fameux rocher, où l’alibi de prendre une photo du panorama m’a permis, encore une fois, de redescendre un tout petit peu mon rythme cardiaque.


Et puis, ce fut la découverte du parc nature du Plan. Des chemins de partout, un vrai labyrinthe. Mon souffle de boeuf toujours dans les pas de Stéphanie, je l’écoutais décrire le coin avec son sourire… genre tranquille quoi pendant que moi je m’évertuais à tenir un rythme déclinant.
Enfin, retour sur le Rocher, traversée du vieux La Garde pour un retour au départ.


C’est une vraie belle découverte que ce terrain de jeu. C’est la première fois que j’y venais courir et j’avoue que ce mélange trail, urban trail et plat m’a fait du bien et aux yeux et aux jambes.

Je remercie encore une fois Stéphanie pour sa bonne humeur, le partage dont elle a fait preuve, ainsi que ces encouragements pour que je tienne bon.
Je vous laisse maintenant avec la vidéo souvenirs… sans le son des mes essoufflements répétés…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire