Trail de Noël d’Ollioules – 30 km – 1600 D+

Le 8 décembre 2019, je me suis aligné sur le trail de Noël d’Ollioules, 30 km pour 1600 m D+ uniquement en duo. Un format que j’adore. Courir à deux du départ à l’arrivée, s’entraider, motiver, partager… un kiff total. Et parfois, il vaut mieux être deux si on veut finir… La petite vidéo souvenirs en fin d’article…

Ca faisait longtemps que j’entendais parler de ce trail de Noël à Ollioules. « Et il est beau« … « et il est difficile« … « et il est génial« … « et y a intérêt à s’inscrire tôt sinon plus de place« … Bref… je m’y suis inscrit. Un mois après le Trail de Pichauris et ses 30 km pour 1800 m D+, j’allais m’aligner sur ce 30 km et ses 1600 m D+ en duo, puisque ce format est uniquement réservé à des duos.

C’est avec Céline, dite « La Licorne » que votre serviteur Christophe, dit « Le Lièvre » prend le départ en ce matin 8 décembre 2019 à Ollioules. 1ère surprise, une belle cravate de Noël que m’offre la Licorne… Trop fun. La météo est au top : grand ciel bleu, pas de vent, température idéale… Bien au chaud au milieu des centaines d’autres coureurs, La Licorne et Le Lièvre piétinent, trépignent d’impatience.

Les 2 premiers kilomètres se déroulent sur le bitume avec une forte tendance à la montée. Un mauvais moment à passer pour notre duo qui n’aime pas du tout le goudron. Enfin, la piste puis les singles se succèdent. Le parcours devient très agréable et varié alternant descentes bien techniques et montées bien casse pattes, comme la Montée du Gaz par exemple… un tout droit qui fait mal et aux jambes et au mental lorsqu’on lève les yeux pour apercevoir les autres coureurs tout en haut…

Après cette montée, c’est la descente vers le Col du Corps de Garde et le premier ravitaillement de la course avec des bénévoles au top de la bonne humeur. La Licorne et le Lièvre en profitent pour faire une courte pause grignottage et remplissage de flasque. Jusque là, tout va bien. Le Lièvre devant, Gopro à la main et la Licorne juste derrière, sourire aux lèvres, heureuse d’être sur un trail qui n’est pas annulé ou perturbé…

Notre duo s’élève alors vers le Mont Caume, par de magnifiques singles et passages dans les roches acérées offrant de très belles vues vers la Méditerranée, Sanary, le Gros Cerveau et le Massif de la Sainte Baume. Cette montée vers le Mont Caume est très pentue et fatigue les jambes, mais nous sommes étonnés d’arriver si « vite » au sommet. La vue est incroyable, et sur le Mont Caume en surplomb et sur le Faron et la rade de Toulon étincelante sous les rayons du soleil. Un vin chaud est proposé à qui veut, ainsi que quelques gourmandises au chocolat.

La moitié du parcours est atteinte. Il est temps d’entamer la descente, très pentue dans un premier temps, s’atténuant ensuite pour nous amener au deuxième ravitaillement du côté des Pomets, au 20ème km. Encore une fois une ambiance festive, déguisée et des bénévoles vraiment extraordinaires. La Licorne et le Lièvre se ravitaillent tranquillement avant de repartir pour les 10 km restants.

Une première côte, courte mais difficile vient fatiguer un peu plus les organismes, puis une autre un peu plus longue, mais toute aussi difficile nous amène sur le Baou des 4 Oures, enfin plus exactement au pied de ses magnifiques falaises et des points de vue sur l’aire toulonnaise… Un passage que j’ai adoré. Le parcours nous emmène ensuite sur une descente rocambolesque dans les pierriers… Attaque du talon au top, mais parfois ça glisse, ça dérape et hop, sur le cul le Lièvre… et encore… quatre fois au total dans cette descente… mais j’ai adoré… mes fesses un peu moins… elles ont un peu bleui… La Licorne, elle, elle volait au-dessus des pierres…

La longue partie de piste qui nous attendait ensuite était assez démoralisante. En faux plat montant dans un premier temps, puis descendante ensuite, cette piste me fut « fatale »… à 6 km de l’arrivée, une première crampe jambe gauche, éradiquée, en tout cas provisoirement, par Patrick qui a longtemps couru avec nous et qui était en duo avec Laure Anne. Un peu plus loin, dans une montée, c’est la jambe droite qui flanche. Impossible de m’étirer. Du coup je grimpe surtout de la jambe gauche en économisant au maximum la jambe droite… que j’évite de plier. Au sommet, mes deux jambes semblent aller mieux… Mais sur le bitume finale, les crampes sont là, légères, prêtes à jaillir. Impossible d’allonger la foulée sur le bitume. Heureusement, Céline, The Licorne, est là. Elle m’encourage, encore et encore. Sans elle je finissais en rampant… oui bon… en marchant alors. Mais ces encouragements m’ont fait tenir le coup, certes à un rythme lent, mais l’arrivée s’est enfin présentée devant nous. Un grand sourire pour la Licorne, les traits tirés pour le Lièvre.

Et surprise à l’arrivée une médaille de finisher… ma toute première médaille bien méritée… Je l’aime déjà…

Le Trail de Noël d’Ollioules et ses 30 km est une très belle course. Elle est moins difficile que le Trail de Pichauris pour le même nombre de km et quasi identique niveau dénivelé, mais j’y ai bien plus souffert en revanche. Surement un temps trop court entre les deux épreuves.
L’organisation du Trail de Noël d’Ollioules est au top. Impossible de se perdre sur le trajet. Des ravitos au top, un repas à l’arrivée au top aussi et des bénévoles qui collent vraiment à l’esprit de Noël de ce Trail.

Je finirais par un grand merci à cette Licorne avec qui j’ai partagé ces presque 6 heures d’effort et qui m’a boosté sur les 6 derniers kilomètres.

Je vous laisse maintenant avec ma petite vidéo souvenirs de ce duo sur ce Trail de Noël d’Ollioules :

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire